Mes Blogs à Moi..

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Vos réactions :

Présentation

Over-Blog

W3C

  • Flux RSS des articles

Un souffle Breton se diffuse...

 

 

 


  Le contenu de ce Blog est protégé par COPIRYGHT FRANCE  9PG71A1-1[1]  Merci de faire une demande pour toute utilisation.

Le coup de coeur du moment...


Dimanche 16 novembre 2014 7 16 /11 /Nov /2014 12:42
Découvrez les premières images de l’arrivée de Marc Guillemot à Pointe à Pitre ce samedi 15 novembre à 16 heures. Pour sa 5e participation à la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, Marc s’adjuge une belle troisième place en 13 jours 1 heure 59 minutes et 20 secondes à la vitesse moyenne de 12,92 nœuds sur une distance de 4 056 milles entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. Il améliore ainsi sa performance de 2010 de près de 36 heures. A peine arrivé, Marc annonce être prêt à assurer sa nouvelle mission aux côtés de Morgan Lagravière et l’aider à se préparer pour le prochain Vendée Globe...Chapeau bas Marco et au plaisir de te rerencontrer dans unnouveau défi...Bon vent comme dirait Pernoud !... 



Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne

Vendredi 14 novembre 2014 5 14 /11 /Nov /2014 18:45

A 55 ans, Marc Guillemot est en passe de boucler sa cinquième Route du Rhum-Destination Guadeloupe, la troisième et la dernière aux côtés de Safran. Dans le trio de tête depuis le départ de Saint-Malo, le 2 novembre dernier, Marc est sur le point de s’offrir une belle troisième place derrière François Gabart (Macif) et Jérémie Beyou (Maître CoQ). L’arrivée du monocoque Safran à Pointe-à-Pitre est prévue samedi en fin d’après-midi, heure française.

A 16h00, Marc Guillemot n’était plus qu’à 206,46 milles de la ligne d’arrivée après douze jours de course intenses, ponctués de soucis techniques liés à des conditions météo particulièrement difficiles. Depuis 48 heures, le marin doit composer avec un moteur défaillant qui l’oblige à naviguer en mode « économie d’énergie ». Sans capacité à produire l’électricité nécessaire pour alimenter les systèmes électroniques et le pilote automatique, Marc est obligé de rester constamment en éveil.

 

(c) Jean-Marie Liot / DPPI

© Jean-Marie Liot / DPPI

 

A 24 heures du dénouement

On a coutume de dire que tant que la ligne n’est pas franchie, les jeux ne sont pas faits. A quelques heures de l’arrivée de Macif et à 24 heures de celle de Safran, le classement ne devrait logiquement pas changer au vu des écarts. La dernière ligne droite ne sera pas de tout repos, à l’image de la course qui n’a pas épargné les marins depuis le départ. Depuis jeudi, Marc Guillemot ne s’économise pas et sait que le contournement de la Guadeloupe requiert vigilance et concentration. Une fois la terre en vue, la course est pourtant loin d’être finie…

La Tête à l’Anglais, première marque obligatoire en Guadeloupe

En effet, une fois l’océan Atlantique traversé, les marins doivent éviter les nombreux filets de pêche dérivants dans l’est de l’île. Ensuite, les instructions de course stipulent que les concurrents doivent faire le tour de la Guadeloupe. Une manière de saluer l’île et ses habitants. Dans le viseur du skipper de Safran : la marque obligatoire de la Tête à l’Anglais qu’il laissera à bâbord. L’îlot, situé au nord de Basse Terre, est un simple rocher dont la forme rappelle les casques coloniaux anglais, d’où son nom. Au 18ème siècle, lors des guerres maritimes franco-anglaises pour la possession des Antilles, les galions français s’entraînaient au tir en le prenant pour cible.

Gare aux dévents de Basse Terre

La progression le long de la côte ouest de la Guadeloupe est souvent lente et délicate, le vent dominant de secteur est étant largement perturbé par les reliefs de l’île, notamment le volcan de la Soufrière qui culmine à 1 467 mètres. Ensuite, cap sur la bouée de Basse Terre, une marque de parcours à laisser à tribord à la pointe sud-ouest de la Guadeloupe. Enfin, Safran devra franchir au près, face au vent, le canal des Saintes large de 5 milles, avant de mettre le cap sur la ligne d’arrivée, devant le port de Pointe-à-Pitre. Demain, au lever du jour, il restera encore au skipper de Safran près de 60 milles (111 km) à parcourir avant d’y être…

Un Rhum de 13 jours ?

Depuis 1998, Marc Guillemot a franchi quatre fois la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre, en multicoque Orma ou en Imoca, dont deux avec podium. En 16 ans, toutes éditions cumulées, le marin de la Trinité-sur-Mer aura passé un peu plus de 70 jours sur la reine des transatlantiques en solitaire. Si Marc ne battra pas son temps de 12 jours et 19 heures établi en 1998, il devrait en revanche terminer plus rapidement qu’en 2002, soit en moins de 13 jours et 19 heures. Il était alors à la barre du trimaran Biscuits-La Trinitaine. Le monocoque Safran et son skipper sont attendus à Pointe-à-Pitre, demain samedi 15 novembre vers midi, heure locale, soit à la même date jour pour jour que lors de ses deux précédentes participations !

Les précédents temps de Marc Guillemot sur La Route du Rhum :

  • 1998 : ORMA 60 : 12 j 19 h 49 min 41 s
  • 2002 : ORMA 60 : 13 j 19 h 36 min 18 s
  • 2006 : IMOCA : 16 j 17 h 57 min 26 s
  • 2010 : IMOCA : 14 j 12 h 28 min 2 s
En savoir plus

Position de Safran à 16h00 le 14 novembre 2014 : Safran 3e à 187,45 milles du leader Macif, par 16 21.83’ Nord et 59 02.93’ Ouest. Vitesse moyenne 6,1 nœuds. A 206,5 milles de l’arrivée à Pointe-à-Pitre.

SOURCE SAFRAN SAILINGTEAM

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne

Lundi 3 novembre 2014 1 03 /11 /Nov /2014 09:35
Rang Bateau/Skipper Lat. Long. Vit. Cap Dist. But Dist. 1er Prog.
1 MACIF
FRANCOIS GABART
48 31.72' N 6 25.96' W 11.9 302 3352.5 0.00  
2 PRB
VINCENT RIOU
48 53.40' N 6 30.36' W 12.4 202 3355.6 3.19  
3 SAFRAN
MARC GUILLEMOT
48 56.91' N 6 13.25' W 10.0 223 3367.4 14.97  

Voici le classement ce matin , Marc a bien négossié la sortie de manche , pas de casse et un placement en troisième position !

Voici un article officiel qui résume ;

Du vent fort…

 

En tête de la flotte, Loïck Peyron (Maxi Solo Banque Populaire VII) naviguait sur une mer dure avec un vent qui avait tourné à l'Ouest à plus de 35 nœuds vers minuit : le solitaire qui avait choisi une route au plus près de Ouessant faisait ainsi le break devant les deux MOD-70 de Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) et Yann Eliès (Paprec Recyclage). Parmi les Multi50, Yves Le Blévec (Actual) qui avait entamé la course aux côtés des Ultime passait à l'intérieur du DST Ouessant avec Erwan Le Roux (Fenétrea-Cardinal) mais c'est Lalou Roucayrol (Arkema Région Aquitaine) qui avait continué son bord jusqu'au milieu de la Manche, qui talonnait le leader au classement de ce lundi matin…

 

Chez les monocoques IMOCA, François Gabart (Macif) avait décroché Vincent Riou (PRB) et Marc Guillemot (Safran) qui avaient tous viré de bord vers 1h30. Pour les Class40, l'objectif était au petit matin de contourner le DST de Ouessant (zone de séparation du trafic maritime) par le Nord pour aller chercher la bascule du vent derrière le front pluvieux et venteux : Sébastien Rogues (GDF SUEZ) tenait toujours la corde.

 

Plusieurs concurrents annonçaient leur intention de faire escale pour avarie : en Classe Rhum, Bob Escoffier (Linedit'h) et Benjamin Hardouin (Krit'R V) faisaient route vers Roscoff tandis qu'en Class40, Bertrand Delesne (Teamwork40) était à Perros-Guirec quand l'Italien Giancarlo Pedote (Fantastica) faisait demi-tour…

 

                                                  BON VENT  MARCO....

transat_arrival_080526_01-3.jpg



Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne

Samedi 1 novembre 2014 6 01 /11 /Nov /2014 13:49

Bien manger pour mieux performer

‎Hier ‎31 ‎octobre ‎2014, ‏‎16:47:00 | Safran Sailing TeamAccéder à l’article complet

A 48h du départ de La Route du Rhum - Destination Guadeloupe, le skipper du monocoque Safran, nous invite à passer en cuisine. Fin gourmet à terre, Marc Guillemot attache une importance toute particulière au « bien manger » en mer. Contrainte de poids et de conservation, le navigateur embarque une nourriture adaptée à une course rapide et intense.

Parmi les 91 concurrents de La Route du Rhum, Marc Guillemot est l'un de ceux qui ne sauteraient pour rien au monde un repas ! Le skipper du monocoque Safran l'a bien compris, manger, c'est le carburant du marin. En course, c'est à dire en effort quasi perpétuel, les navigateurs ont besoin d'un apport de 4 000 à 5 000 calories par jour, contre 2 800 pour un adulte à terre. Mais pour Marc Guillemot, manger est aussi - et surtout - un plaisir. Au total, 30 kilos de nourriture sont prévus pour environ 12 jours de course.

Patricia Brault en train de préparer les menus | © J-M Liot / DPPI / Safran
Patricia Brault en train de préparer les menus | © J-M Liot / DPPI / Safran

Varier les goûts et les consistances

L'avitaillement, c'est la mission de Patricia Brault, responsable logistique à terre au sein du Safran Sailing Team. Depuis toutes ces années, elle connaît par cœur les goûts du skipper qui lui fait entièrement confiance. « En amont, Patricia fait un large choix de plats et je compose ensuite moi-même mes menus quotidiens », explique Marc. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le marin va se régaler : risotto, tagine d'agneau, pâtes au poulet, ragoût, légumes Kung Pao, blanquette de veau, poulet sauce basilic, etc. Marco ne mangera jamais deux fois le même plat ! « La nourriture pour moi, c'est comme la musique, au moment où tu as envie de te faire plaisir, il faut avoir le choix. Je ne veux pas être frustré de ce côté là et je préfère prévoir un peu plus qu'un peu moins. » Le skipper embarque des plats lyophilisés* mais aussi des plats préparés par le traiteur Pascal Taillandier. « C'est bon et cela se réchauffe vite, on a vraiment progressé au niveau du goût et de la qualité des produits en quelques années. », ajoute Marc. Patricia ajoute à cela des purées, des sachets de quinoa, de blé ou encore du riz et des pâtes que le marin peut agrémenter d'huile d'olive et d'un peu de poivre. « Je prend en compte aussi les variations de température en prévoyant des salades composées pour la dernière partie de la course. Quand il fait très chaud, Marc préfère les plats froids », indique Patricia.

Les en-cas : petits plaisirs secrets

Comme à chaque départ de course, Marc embarquera une bourriche d'huîtres « parce que j'adore ça et que c'est un super remède contre le mal de mer », sourit le marin. Dans les deux sacs qui contiennent ses repas journaliers, on trouve aussi du gingembre pour la vitalité, des barres et des boissons énergétiques pour les petits coups de mou ou quand les conditions sont vraiment très difficiles. « J'ai toujours des barres ou des en-cas dans le cockpit car je grignote toujours quelque chose avant de faire une manœuvre ou de prendre un ris dans la grand-voile, par exemple. » La nuit, pour rester concentré et éveillé, il avale des fruits secs et, quand tout le monde trouverait du réconfort dans une barre de chocolat, Marc lui en trouve dans une boîte de sardines ! « J'en emmène six boîtes et je prends trois boîtes de pâté Hénaff, énumère le marin avec un air de gourmandise non dissimulé… Quand le bateau est bien réglé, qu'il glisse sur l'eau dans la nuit noire, je m'ouvre une boîte de sardines. C'est comme une récompense. En mer, tu apprécies les choses simples tellement plus qu'à terre. »

© J-M Liot / DPPI / Safran
© J-M Liot / DPPI / Safran

Dernières courses avant la Route

La veille du départ, Patricia entre à nouveau en scène et charge le « frais » dans le bateau : des fruits (pommes, clémentines…), du fromage à pâte dure, un gâteau ‘sport' très énergétique pour le premier soir de course, des œufs (pour un bon petit-déjeuner) et des smoothies. Côté boisson, Patricia prévoit environ trois litres d'eau par jour et pour se réchauffer, Marc préfère un bon thé vert plutôt que du café.

* La lyophilisation est un procédé qui permet de retirer l'eau contenue dans un aliment ou un plat afin de le rendre stable à la température ambiante et ainsi faciliter sa conservation.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne

Samedi 1 novembre 2014 6 01 /11 /Nov /2014 13:41

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne

Dimanche 26 octobre 2014 7 26 /10 /Oct /2014 19:24

Il vous manque une info sur Saint Malo avant le départ de la course , pas de problèmes , tout est 

 

                                       ICI

 

Bonne visite et profitez en bien , Kenavo.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne

Vendredi 24 octobre 2014 5 24 /10 /Oct /2014 15:51

C'est bientôt le grand jour pour Marc qui est prêt pour le prochain défi et qui entend bien être encore sur le podium !

 

Voici le  LIEN POUR LE SUIVRE .


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : philippe.bretagne - Communauté : La Bretagne
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés